Emile Zola Society Home Page
Heading to links about the Dreyfus affair
The story of Emile Zola's campaign to achieve justice for Captain Dreyfus
Emile Zola's famous letter to the President
Emile Zola's open letter to the youth of France
The chronology of the Dreyfus affair from 1894 onwards
Heading to links about Emile Zola's life & works
A biography of Emile Zola by David Baguley
A chronology of Emile Zola's life & career
A bibliography of Emile Zola
Summaries & genealogical tree of the Rougon-Macquart series of novels
About the translations of Emile Zola's works into English
Emile Zola's depictions of the early growth of consumerism in Paris
The adaptation of Emile Zola's works to the cinema
The relationship of Emile Zola to artists and their work
Emile Zola's house at Médan in France
Heading to links about posters advertising Emile Zola's books & adaptations to theatre & film
From the book to the screen
Gallery of advertisements in the press for Emile Zola's novels
Gallery of posters advertising theatre adaptations of Emile Zola's novels
Gallery of posters advertising cinema adaptations of Emile Zola's novels

THE EMILE ZOLA SOCIETY
Life & Times of Emile Zola

Biographie
par
David Baguley - Université de Durham

Zola fut l'un des plus éminents romanciers européens du 19e siècle et son influence en tant que praticien et théoricien du Naturalisme littéraire lui valut une renommée mondiale. A la fois journaliste et critique pendant les dernières années du Second Empire et les premières années de la Troisième République, il se fit une réputation d'avocat du réalisme et de défenseur des peintres progressistes de la période pré-impressionniste. Egalement dramaturge et polémiste il joua un rôle décisif dans l'Affaire Dreyfus.

Zola est né à Paris le 2 avril 1840, unique enfant d'une mère française, Emilie Aubert, originaire de la Beauce, et d'un ingénieur civil, vénitien de naissance, Francesco Zola. En 1843, la famille s'installa à Aix-en-Provence ; le père de Zola avait été recruté pour la construction d'un barrage et d'un canal. Il mourut soudainement le 28 mars 1847 et sa famille s'appauvrit alors peu à peu. Le jeune Zola semble cependant avoir connu une enfance heureuse sous le climat ensoleillé du Midi, développant l'amour de la campagne et tissant des liens d'amitié étroits avec le peintre Cézanne. En février 1858, l'idylle prit fin car il fut contraint, autant par les difficultés financières de la famille que par ses ambitions littéraires, d'aller vivre à Paris avec le reste de sa famille.

L'échec de Zola au baccalauréat, en 1859, fut un revers important, qui aggrava ses difficultés. Il accepta des emplois mal rétribués et connut une période vagabonde d'extrême pauvreté, avant d'obtenir un emploi stable chez l'éditeur Hachette où il se hissa au rang de chef de publicité. Ce poste lui donna l'occasion de rencontrer d'éminents écrivains et critiques, ce qui l'encouragea à opter pour une carrière de journaliste et lui permit de dépasser ses premières tendances romantiques. Quand en janvier 1866 il quitta la Maison Hachette afin de se consacrer entièrement à sa carrière d'écrivain, il avait déjà publié un volume de nouvelles, 'Les Contes à Ninon' (1864), et un premier roman autobiographique, 'La Confession de Claude' (1865). Au cours de ces années de formation, la fréquentation des peintres l'engagea vers une esthétique réaliste, qu'il appliqua à la peinture comme à la littérature. En 1866, il fit scandale en défendant avec vigueur Manet dans "Mon salon", un recueil d'articles sur l'art. Son premier roman important, 'Thérèse Raquin' (1867), révèle non seulement son intérêt pour la peinture mais aussi l'influence du réalisme balzacien sur sa technique romanesque et l'impact des idées scientifiques, contemporaines et antérieures, sur son développement intellectuel, ses principes esthétiques et son art. Le réalisme absolu, la construction dramatique et la thèse physiologique de ce roman en font un des premiers et des plus frappants exemples de Naturalisme littéraire.

Inspiré par l'exemple de 'La Comédie humaine' de Balzac, Zola dressa en 1868-1869 les plans d'une série de romans qui deviendront plus tard les 20 volumes du cycle des 'Rougon-Macquart, histoire naturelle d'une famille sous le Second Empire', et qui constitueront sa préoccupation première pendant les 25 années suivantes. La série retrace la vie des membres d'une même famille dans des contextes sociaux et politiques variés, du Coup d'état de Louis-Napoléon, en décembre 1851, à la Chute du régime impérial au moment de la Guerre franco-prussienne et de la Commune de 1870-1871.

La série des romans avait pour but d'étudier les effets de l'hérédité et de l'environnement sur ses personnages, mais les objectifs scientifiques et sociologiques exprimés ouvertement seront toujours soumis à la puissante imagination littéraire de l'écrivain. Chaque roman, bien que partie intégrante de la série, forme un tout, avec sa propre intrigue, son thème principal et ses personnages. Parmi les chefs-d'oeuvre reconnus de la série, 'L'Assommoir' (1877), par exemple, illustre la vie dans certains bas quartiers de Paris à travers les mésaventures de Gervaise Macquart, tandis que, dans 'Germinal' (1885), le fils de Gervaise, Etienne Lantier, prend part au violent conflit des mineurs grévistes dans le Nord de la France. D'autres romans couvrent des thèmes tels que la corruption et les vices supposés du régime impérial ('La Curée', 'Nana'), les intrigues politiques de l'Empire à Paris et en province ('La Conquête de Plassans', 'Son Excellence Eugène Rougon'), les moeurs de la classe moyenne ('Une page d'amour', 'Pot-bouille'), le commerce et les nouveaux grands magasins ('Au bonheur des dames'), le milieu des artistes ('L'Oeuvre'), la vie paysanne ('La Terre'), le meurtre et les chemins de fer ('La Bête humaine'), le monde des finances ('L'Argent'), la Guerre franco-prussienne ('La Débâcle').

Après des années de lutte pour parvenir à la célébrité, à l'époque de l'achèvement des 'Rougon-Macquart', en 1893, Zola était réellement reconnu comme le romancier le plus éminent et le plus influent de son temps, bien que le monde littéraire refusât de le reconnaître et de l'accepter à l'Académie française. En 1870, il avait épousé Alexandrine Meley, la compagne de sa vie, et en 1888 il était tombé amoureux de Jeanne Rozerot, avec laquelle il fonda un second foyer et eut deux enfants, Denise (1889) et Jacques (1891). Animé par un zèle nouveau et réformiste, inspiré en partie par son désir de préparer un monde meilleur pour ses enfants, Zola se lança dans une série de romans, ouvertement didactiques : 'Les Trois Villes'. Avant la publication du 3e volume, 'Paris', Zola fut persuadé par Bernard-Lazare et Louis Leblois de l'innocence de l'officier juif, Alfred Dreyfus, tenu coupable de trahison et condamné en décembre 1894 à la prison à perpétuité. Le romancier intervint dans l'Affaire Dreyfus par une série d'articles et de pamphlets audacieux dont l'apogée fut 'J'accuse', publié dans L'Aurore le 13 janvier 1898. Il fut condamné pour diffamation et opta pour une période d'exil volontaire en Angleterre, à partir du 18 juillet 1898. Avant son retour en France, le 5 juin 1899, il avait commencé à écrire une nouvelle série de romans, 'Les Quatre Evangiles', qu'il ne termina jamais. Il mourut asphyxié la nuit du 29 septembre1902, la cheminée de son appartement parisien s'étant encrassée. La mort de Zola ébranla le pays ; ses funérailles furent un événement national et eurent des suites conséquentes. Dans son discours funèbre, par une phrase restée célèbre, un ami de l'écrivain reconnut en l'auteur de 'J'accuse' "un moment de la conscience humaine". Quant aux circonstances du décès, nul ne peut dire s'il s'agit d'un accident ou d'un acte criminel, et à cet égard, le mystère demeure entier.